L’apologie humaine dans l’art de Anne-Karin Furunes

Anne-Karin Furunes

L’artiste Anne-Karin Furunes transpose magnifiquement bien la vulnérabilité humaine par le biais d’oeuvres spectaculaires dans lesquelles elle exploite la profondeur des regards. Elle a su créer de toute pièce une technique d’art novatrice.

L’artiste contemporaine Anne-Karin Furunes a vu le jour en 1961 à Trondheim en Norvège. Elle y a étudié l’art durant une décennie, successivement à Oslo et Trondheim, ville où elle travaille encore. Ce passage à l’Académie fut révélateur pour elle dans son besoin intense d’expression par l’art. Sa façon instinctive de traiter l’art l’achemine à devenir l’instigatrice d’une toute nouvelle forme d’expression artistique.

Par son amour et sa passion de partager ses sentiments sur la vulnérabilité humaine, elle crée une toute nouvelle technique d’art novatrice. Sa technique représente un travail colossal de perforation sur toile qu’elle effectue à main levée. Des centaines de trous qu’elle exécute au gré de son inspiration, sur des peintures qu’elle a créées en s’inspirant de diverses photos et images. Ses oeuvres sur grande échelle sont spectaculaires et empreintes de profondeur. Assumant totalement son envoûtement pour la physiologie des visages, elle confesse qu’il lui arrive fréquemment de déambuler dans les rues des grandes villes afin d’observer les passants à leur insu. Elle y puise une foule d’informations visuelles qu’elle conserve en mémoire, et qui lui seront par la suite utiles dans l’élaboration de ses créations artistiques.

Elle crée une toute nouvelle technique d’art novatrice. Sa technique représente un travail colossal de perforation sur toile qu’elle effectue à main levée.

Elle affectionne particulièrement les photos de femmes et leur regard quels qu’ils soient. C’est en jouant avec les ombres et la lumière qu’elle exploite ces regards qui ont un jour croisé le sien. Sans vouloir à proprement traiter de politique, elle aborde tout de même des sujets profondément marquants de l’histoire, tels la déportation des Juifs de la Norvège, ou encore les femmes soldats ayant participé à la guerre civile de Finlande de 1918. Par son expression de l’art et sa méthode picturale, l’artiste tente de porter un message sur notre rôle et sur la responsabilité collective que nous avons relativement aux tragédies passées.

Que ses toiles soient visage ou paysage, l’artiste dépasse les normes «établies» de la tradition moderniste de la peinture, et parvient à transmettre ce profond désir de faire revivre le triste souvenir d’individus malheureusement tombés dans l’oubli. Sensible à la précarité humaine, l’ensemble de ses récentes oeuvres s’attarde principalement sur des photos de jeunes qui représentent à ses yeux l’actuelle vulnérabilité sociétale.

Anne-Karin Furunes se distingue par sa façon unique de cadrer les images le plus souvent, isolant volontairement les yeux de ses sujets à l’intérieur d’une mince bande horizontale. En clin d’oeil aux techniques de fichage employées par la police, l’artiste utilise les doubles portraits, jouant de nuance entre la face et le profil. Jouissant d’un succès international, l’artiste Norvégienne a également créé une série de monuments publics pour sa patrie, et expose ses oeuvres dans plusieurs pays du monde.

Voici quelques-une de ses oeuvres que vous pouvez voir à la Galerie d'art Anhava en Finlande et à la Galerie K en Norvège.

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook