Dennis Leder,
le jesuite-artiste

Dennis Leder

Dennis Leder est un peintre, sculpteur et directeur du centre de formation spirituelle et sociale de la Compagnie de Jésus né au New Jeresy (États-Unis) en 1946. Arrivé au Guatemala en 1991, il décide d'y rester.

Son père et sa grand-mère paternelle peignaient et son oncle paternel était un sculpteur. Du côté maternel, sa famille était religieuse et stricte. Lorsqu’il intègre la Compagnie de Jésus, il prend conscience de ce désir de création. Pour Dennis, l'art est un moyen de canaliser ses sentiments.

À 18 ans il entre pour la première fois dans un musée. A travers les œuvres de Willem de Kooning et de Jackson Pollock : il trouve une certaine familiarité pleine d'énergie. L'expressionnisme abstrait à New York dans les années 50 est la recherche d'une identité, une quête spirituelle. Il lui a fallu des années pour trouver un genre et style d'art correspondant à sa personnalité. Durant cette longue recherche, il a participé à divers programmes tels que le programme éducatif de Whitney Museum of American Art et l'atelier PS1. Outre des contacts avec d'autres artistes, ces expériences lui ont permis d'aborder des techniques et des matériaux multiples.

Dennis est arrivé en Amérique centrale à un moment difficile pour la région. Après avoir travaillé dans un camp de réfugiés, il décide d'aller vivre dans la ville de Guatemala. Cette double vie, religieuse et artistique, se reflète dans son travail. En effet, Dennis Leder construit par la peinture ou la sculpture, des métaphores où les tensions entre le chaos et l'harmonie s'opposent, s'affrontent et s'unissent pour former des représentations pleines de vie. Son processus créatif est un conflit constant. Il y révèle l’harmonie géométrique dans l'Univers.

L'art de cet artiste se rapproche du Cubisme et du Constructivisme. Il consacre son temps entre la peinture lui offrant un moment de réflexion, de contemplation et la sculpture qui est comme une danse. C'est l'expression du mouvement énergique du corps dans une relation avec des oeuvres réduites ou monumentales. Dans ses œuvres, il y a la trace de grands sculpteurs comme Julio Gonzalez et David Smith. Grâce à ses sculptures de fer, parfois peintes avec des couleurs vives, Dennis joue avec les formes, les ombres et la lumière. Il nous permet d'entrer en relation avec un environnement. Ils sont des symboles de l'espace. Ils représentent une recherche de mouvement et d'équilibre. C'est un laboratoire mental d'un architecte.

Les religions parlent du temps dédié à la création comme l'indique Dennis, mais aujourd'hui, « l'Église ne trouve pas son intérêt à collaborer ou à entrer en contact avec des artistes pour ouvrir la possibilité d'une Représentation sous diverses formes ».

Dennis Leder donne une autre image de ce que l'on pourrait imaginer d'un religieux-artiste ou d'un artiste-religieux. Loin de l'art religieux figuratif des grandes époques comme la Renaissance et le Baroque où l'artiste était le porte-parole d'une certaine création, Dennis Leder est une synthèse de la vitalité, de la modernisation et de l'énergie de notre temps. Comme il le dit, lui-même « L'art religieux moderne est usé ». Les religions parlent du temps dédié à la création comme l'indique Dennis, mais aujourd'hui, « l'Église ne trouve pas son intérêt à collaborer ou à entrer en contact avec des artistes pour ouvrir la possibilité d'une Représentation sous diverses formes ». Le monde religieux a des valeurs très fortes. Peut-être que Dennis Leder pourrait être un exemple comme « un pont » entre le religieux et l'art, autrefois si proche, aujourd'hui si éloigné?

Grâce à ses peintures et ses sculptures, le spectateur peut se sentir proche du processus de création de Dennis Leder. Une « magie » s'opère. La purification et la spiritualisation qu'il réalise dans son travail sont une manifestation de la transcendance. Sans aucun doute l'art et la religion sont liés.

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook