Marlov Barrios est né dans un monde à dessiner

Marlov Barrios

L'artiste guatémaltèque, Marlov Barrios, redéfinit la peinture traditionnelle en produisant un discours polyvalent du contexte social urbain au Guatemala.

Élevé dans la ville de Guatemala connue comme violente, Marlov, grâce à l'éducation de ses parents lui offrant la possibilité de comprendre d'une manière critique et distante cette ville et son environnement agressif, trouve dans la littérature, la musique ou le dessin des outils pour s'exprimer.

Il entreprend des études en architecture à l'Université de San Carlos, une alternative à une formation limitée et insuffisante des Beaux-Arts au Guatemala. Durant ces années, il s'applique à développer une production artistique personnelle et concrète.

Pendant ses études, il rencontre d'autres artistes tels que Norman Morales ou Erick Menchú avec lesquels il déploie un laboratoire de la création en 1998, la Torana.

Marlov se définit comme « un artiste de l'observation », un anthropologue. Il trouve l'inspiration dans ce qu'il l'entoure, dans ce qu'il l’inquiète. Grâce à diverses techniques comme la peinture, le dessin, la peinture murale, la sculpture, la gravure, il expose sa vision de la « culture populaire guatémaltèque », avec ses codes visuels quotidiens entre un temps et un espace « schizophrènes. »

Il redéfinit la peinture traditionnelle. Comme il le dit : « Je ne prends pas au sérieux le poids du passé. » Il juxtapose des techniques donnants forme à une idée. Il produit par ses œuvres un discours polyvalent du contexte social urbain de Guatemala.

Cet effet d'accumulation fournit une énergie postmoderne peu commune. En effet, la peinture ou la gravure sont perçues comme des pratiques traditionnelles et peu attrayantes face à cette tendance de l'art conceptuel.

L'oeuvre de Marlov Barrios est remplie de stéréotypes, d'énergie par les coloris éclatants utilisés. En bref, vous ne pouvez pas rester indifférent.

Dans plusieurs séries, Marlov explore les liens entre deux mondes ayant du mal à se comprendre, mais pourtant inséparables. Avec l'introduction des icônes des traditions populaires, des symboles mayas, il illustre un monde invisible entrant dans la contemporanéité d'un monde technologique dans lequel le chaos urbain mélange des personnages, des animaux et des choses. En résumé, les héros de son imagination.

Le monde préhispanique et l'ère baroque avec son excentricité et l'abondance de détails sont ce qui caractérisent l'univers artistique de Marlov Barrios. Son travail a une dimension directe et émotionnelle. Sa fresque « La gloire sombre », peinte à l’acrylique en est un exemple. Résultat d'un acte puissant, intuitif, Marlov colonise un mur avec différents modèles posant la question de l'identité latino-américaine

Dogmes de notre société de consommation, Marlov les fait (les objets) cohabiter avec des symboles mayas : les épines, symbole de la Ceiba, l'arbre sacré des Mayas, mais aussi de la violence.

La série de « Turbo » (2008-2011) composée de sculptures en bois construit une nouvelle façon de voir les objets. Dogmes de notre société de consommation, Marlov les fait cohabiter avec des symboles mayas : les épines, symbole de la Ceiba, l'arbre sacré des Mayas, mais aussi de la violence. Cette « archéologie de la technologie » comme il la définit, confronte le passé et le monde d'aujourd'hui. Sa sculpture représentant la base du temple numéro 4 de Tikal et de l'Empire State Building, deux monuments de leur civilisation respective renvoient l'image de toute-puissance d'un peuple. Marlov fournit à chaque objet une nouvelle identité, parfois douloureuse.

Il exploite les emblèmes de la population urbaine marginalisée vivant dans la violence et la pauvreté. Dans la série « Emblématique », il parle de faits anonymes avec des autocollants pour créer une nouvelle interprétation de l'expérience humaine. Un concept développé dans l'œuvre du philosophe français Gilles Deleuze. (Photos).

Le travail de Marlov est un acte « silencieux », politique. Les formes et les couleurs dessinent un délire équilibré. Son travail nous pousse à un débat social concernant nos responsabilités en tant que société. Il n'essaie pas de théoriser. Son seul but est de poser des questions. Sa série « Supernovas » en est une proposition. En astronomie, les supernovas sont des phénomènes causés par l'explosion d'une étoile mourante, produisant un éclat de lumière donnant lieu à d'autres corps célestes. Transmettre, perpétuer immortaliser les changements d'une vie existante, voici l'un des autres thèmes de l'oeuvre de Marlov Barrios.

Marlov Barrios absorbe, contemple, redessine le raisonnement de nos ancêtres dans notre présent. À moins que cela ne soit le contraire?

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook