Le dramaturge
Eugène Ionesco

Eugène Ionesco est l'un des pères fondateurs, d'un nouveau genre de théâtre, celui du théâtre absurde. L'illogique et l'absurde ne sont pourtant jamais gratuits chez Ionesco. On pourrait y voir un but et du sens derrière le non-sens apparent.

Eugène Ionesco naît le 13 novembre 1909 à Slatina, en Roumanie, d'un père roumain et d'une mère française. Il passe sa petite enfance en France mais le divorce de ses parents en 1925 le forçe à retourner en Roumanie avec son père où il poursuit des études de lettres françaises à l'université de Bucarest. Il revient en France en 1942 et obtient la nationalité française à la fin de la guerre.

En 1950, sa pièce La cantatrice chauve est un échec lors de sa première présentation sur les planches mais marque déjà le début d'un nouveau genre, celui du théâtre absurde dont Ionesco sera l'un des pères fondateurs. Ce genre est basé sur le non-sens, le grotesque, l'impromptu. Bref, c'est un théâtre qui sort le lecteur ou le spectateur de ses habitudes, ce qui explique certainement l'échec public de cette première pièce dans laquelle, d'ailleurs, il n'y a pas de cantatrice et où personne n'est particulièrement chauve. La seule référence au titre est à trouver dans un dialogue totalement dénué de logique où un personnage demande de but en blanc des nouvelles de la cantatrice chauve. Un autre personnage lui répond alors qu'elle se coiffe toujours de la même façon.

L'illogique et l'absurde ne sont pourtant jamais gratuits chez Ionesco. En d'autres termes, on pourrait dire qu'il y a un but et du sens derrière le non-sens apparent. Outre l'aspect éminemment comique que peut revêtir un dialogue absurde, ce dernier peut aussi avoir une portée satirique et métaphysique. Prenons un extrait de la pièce Rhinocéros (1959) :

Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel.
Donc Socrate est un chat.

Ici, l'auteur s'attelle à critiquer l'aberration de toutes formes de discours stéréotypés, et place donc l'individu en tant qu'entité unique au cœur de sa réflexion et de son engagement artistique.

Concernant son rythme d'écriture, on peut considérer Eugène Ionesco comme un auteur très prolifique puisqu’il a signé de nombreuses pièces de théâtre comme La leçon (1950), L'impromptu de l'Alma (1956) ou encore Le Roi se meurt (1962).

Elu à l'Académie française en 1970, il mourut le 28 mars 1994.

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook