Irina Bast

Irina Bast

Découvrez une artiste russe contemporaine qui tente de percer le mystère qui entoure la femme à travers la peinture, le collage ou la sculpture. Irina Bast crée dans un style quelque peu semi-figuratif et fidèle aux notions de symbolisme.

Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l'appellera femme ( Genèse 2.23). Ève, le premier homme et la première femme est l’un des plus beaux récits d’un vieux livre qu’on appelle « la Genèse » et qui veut dire « l’origine » du monde. C’est cela l’idée de création. La création c’est la liberté. « The creation of Eve » est la première pierre de l'oeuvre d'Irina Bast, jeune artiste russe. En effet, la femme est l'héroïne de son travail. C'est à la femme que rend hommage son travail explorant le corps féminin à travers la peinture, le collage ou la sculpture. Dans ce travail, intitulé « Three faces of Eve » Irina donne naissance à Ève. Cette sculpture blanche, vierge aux formes sensuelles émerge de la matière. La création d'Ève marque une proximité avec l'invention de l'image de la femme. Le projet de créer une femme l’appelle à jouer un rôle qui prend son origine dans la différence. Elle représente un symbole d’altérité. La sculpture « Eve's Spirit » est une métaphore, d’où s’échappent des racines fleuries qui enserrent Ève dans une relation avec les femmes de l'Histoire. Fidèle aux notions de symbolisme, Irina s'intéresse au mystère universel qui ne peut être que sacré : la notion de religion et de la femme-nature.

Depuis toujours, les artistes tentent de percer le mystère qui entoure la femme. Tantôt muse et inspiratrice considérée comme une fin en soi, tantôt objet ; on peut dire que l’image des femmes s'est métamorphosée au cours de l’Histoire.

Dans un style quelque peu semi-figuratif, décalé par rapport à ce qui se fait de nos jours, Irina offre une représentation de la femme liée à l'histoire, au mystère, à l'inconscient. Elle démonte et reconstruit la beauté dans son ensemble. Irina Bast traduit la fascination que la femme, le corps de la femme a exercé chez les artistes et les rapports qu'eux-mêmes ont entretenu avec ces femmes. Son travail est jalonné de figures de femmes célèbres, des muses de grands artistes comme celles de Modigliani. Derrière chaque homme se cache une femme. C'est le cas dans son travail intitulé, « Dali et Gala » une oeuvre formée à partir de la réutilisation des matières résiduelles comme des coupures de magazines pour donner corps à ses figures historiques. Parmi ses toiles, cette série de portraits confectionnés devient magique comme celui de « Frida Kalho ». Ces visages sont le reflet abstrait du sentiment de liberté que l’artiste essaie de transmettre. Irina dépeint des portraits où le corps de la femme aux traits et aux couleurs chatoyantes qui les enveloppent attirent vite l'attention comme « The birth of Venus ». Nous sommes au contact d'un Arcimboldo des temps modernes où les fruits remplacés par des coupures de corps chaleureux, coquets et séducteurs, tout en demeurant naturels, s'harmonisent à la nature. Ils affichent une liberté certaine comme le remarque le tableau « Dear Vincent ».

Accompagnée de Marina Nikolskaya, consultante en art, Irina Bast voyage à travers les âges pour explorer la fascination que la beauté exerce sur l'homme en quête de la femme parfaite. .

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook