Le bauhaus, école d’art, de travail et d’idéaux

Le bauhaus

En 1919, l’architecte Walter Gropius devient directeur de l’École d’artisanat de Weimar. Dès son instigation, il remanie les programmes pédagogiques de sorte à leur donner une visée plus artistique : l’école du Bauhaus est fondée. Symbole de la modernité, cette école où les élèves apprennent à amalgamer art et artisanat donne naissance à un courant artistique, précurseur du design contemporain.

« Le but de toute activité artistique est la construction ! » C’est ce que clame Walter Gropius dans le manifeste du Bauhaus. Pour lui, il n’existe pas d’art professionnel : la seule manière de vivre sa passion serait d’allier son art à une production technique, dans le but, on imagine, de s’inscrire dans l’industrialisation grandissante de l’époque.

Par l’association de la production à l’art, le Bauhaus se rapproche du mouvement britannique Arts and Crafts, populaire à l’aube du 20e siècle. Cela le distingue aussi du modernisme conservateur et donne un vernis social à toutes les œuvres qu’il réclame. Non seulement l’école produit-elle énormément d’artistes professionnels, elle leur insuffle l’envie de créer pour le plus grand nombre. L’alliage de l’art à l’artisanat suppose, dans l’idée de Gropius, la recherche de la beauté dans la production industrielle. Il préconise l’utilisation de machines pour produire de l’art, ce pourquoi le Bauhaus est si populaire en design : c’est une esthétique qui s’allie bien à la production de meuble et accessoires de maison.

En partie issu du fonctionnalisme, le Bauhaus comme école de design vise un amalgame de beauté et d’utilité.

Il n’y a pas d’âge, ni de préalables, pour s’inscrire à l’école du Bauhaus. La formation de base, vaste (tissage, poterie, menuiserie…), vise à former des techniciens performants et versatiles. En partie issu du fonctionnalisme, le Bauhaus comme école de design vise un amalgame de beauté et d’utilité. C’est d’ailleurs ce qui inspire Gropius dans la conception de l’école même : le bâtiment, ouvert et illuminé, est fait de murs de verre entrecoupés de murs de béton peints en blanc, en faisant preuve, d’un point de vue formel, d’un minimalisme efficace. Ces éléments esthétiques, aujourd’hui formant des caractéristiques type du style Bauhaus, sont aussi à la base du courant d’architecture appelé « style international ».

Outre le béton blanc et le verre, le style Bauhaus a été influencé par les professeurs-artistes qui ont enseigné à l’école de Weimar, comme Theo van Doesburg, qui a instauré le mouvement Duc de Stijl. En s’inspirant des peintures du Duc, van Doesburg a établi plusieurs critères d’esthétique qui font encore partie de l’esthétique Bauhaus aujourd’hui : formes rectangulaires, couleurs épurées et monochromes, souvent primaires, lignes horizontales et verticales.

Le Bauhaus a laissé une marque indélébile comme école physique et spirituelle pour les artistes. En 1953, trente ans après la fermeture de l’école Bauhaus à Weimar, Max Bill, l’un des ses gradués, fonde la Ulm School of Design, dont la philosophie se base directement sur celle du Bauhaus. En matière de design, aujourd’hui encore, les lignes claires sur murs blancs, l’utilisation du verre ou de formes rectangulaires en monochrome vibrant sont difficilement délogées, et la figure de l’artiste-technicien ne s’est pas démodée avec les années.

  • Partager cet article :
Contemporain sur Facebook